Pèlerinage-Jeunesse Rimouski



Thème édition 2017 :

du 14 au 19 août 2017

"Se retrouver sur un chemin hors du quotidien"

Imprimer

Les pèlerins nous parlent!

En m’inscrivant au Pèlerinage, je ne savais pas du tout à quoi m’attendre. Je voulais simplement marcher et tenter de retrouver une sérénité que j’avais l’impression d’avoir perdue. Au premier abord, j’ai été intimidé par la taille du groupe. Je n’ai pas l’habitude de m’ouvrir sur mes expériences personnelles en présence de gens que je connais peu. Mais par le chemin, j’ai fait l’expérience de la rencontre et j’en ai été émerveillé. Rencontre de mon être profond et rencontre des autres que j’ai appris à connaître. (Jean-François)

J’ai vécu plusieurs expériences de groupe dans ma vie et plusieurs expériences spirituelles. Au fil des années, j’avais l’impression que bien que ces expériences étaient nourrissantes et bénéfiques pour moi, j’en retenais peu de choses dans ma vie de tous les jours. Je me disais que je devais être blasée ou immunisée d’une certaine façon aux transformations profondes. Je m’étais trompée.

Je ne saisis pas encore pourquoi cette expérience de Pèlerinage fut pour moi si différente des autres, pourquoi je porte encore en moi tout ce que j’y ai appris et découvert. Je crois qu’une des différences majeures est que le Pèlerinage propose une expérience dans laquelle chacun vient y chercher ce qu’il a besoin d’y trouver. La route spirituelle n’est pas tracée d’avance.

La marche n’étant pas une pratique qui nécessite beaucoup de concentration, l’esprit est libre de voguer comme il le souhaite et petit à petit on se rend compte que le chemin que nous marchons nous amène également au fond de nous-mêmes. Parce qu’on ne s’attend à rien et que rien n’est forcé, on a la chance d’expérimenter une rencontre vraie avec soi, hors de tout conditionnement. On se rencontre au détour, comme lorsqu’apparaît devant nos yeux une chenille, un cheval, une vache, un rayon de soleil, un mot de pèlerin laissé en bordure de la route. On accueille ce qui est là. (Myriam)

Je me connais maintenant mieux. Ce que j’ai vécu m’accompagne encore à chaque jour. Je sais maintenant que mon muscle à émerveillement n’était pas usé, il était simplement conditionné à vivre ce qu’on attendait de lui, et nécessairement je finissais souvent par passer à côté de moi-même. La route m’a découverte, en toute simplicité. J’ai retrouvé ma source.

Lucie, Julie, France-Mélanie, Guillaume, Mathieu et Annie nous parlent de leur expérience du Pèlerinage-Jeunesse Rimouski :





  • Marcher, c'est le carburant de notre machine à aimer intérieure.

  • Pèlerinage-Jeunesse Rimouski, c'est un beau mélange de vie de groupe et d'intériorité personnelle. Les deux facettes sont valorisées et encouragées. […] Ce fut une expérience inoubliable, extraordinaire, remplie de dépassement et d'espérance. Maintenant, je suis en paix avec moi et mieux avec les autres. […] J'ai l'impression d'avoir vécu quelque chose de fort, mais dont je ne comprendrai le sens que plus tard...

  • Mes moments forts ? Oh! la! la! Les sentiments de plénitude, de complétude et d'unité à travers la nature. L'entraide et l'amitié entre les pèlerins qui se manifestaient constamment. Les plénières, la communion des intuitions, des idées et des expériences.

  • Embarque on y va, même s'il y aura quelques ampoules sur le bout du pied et parfois du cœur... c'est la vie!





Marie-Chantale, Arleen, Sylvie, Gérald, France-Mélanie, Martine, Annie, Lucie, Guillaume et Valérie nous disent ce qu'est un pèlerinage :


  • Vivre un pèlerinage, c’est… marcher vers soi, marcher vers les autres et avec les autres, marcher avec Dieu. Vivre un pèlerinage, c’est… marcher pour le chemin et accueillir ce que le chemin a à nous raconter. Vivre un pèlerinage, c’est… se permettre d’aller là où notre cœur nous appelle, c’est aussi goûter la liberté pas à pas; vivre; vivre libre!

  • Un pèlerinage, c'est l'occasion de retrouver l'essentiel de la vie, de sa vie, en reprenant un rythme de simplicité, de détachement, pour mieux retrouver la liberté à laquelle nous sommes tous appelés. […] Nous cheminons intérieurement sans provoquer ces changements, sans hâte ni obligations. […] C'est un moment où on peut faire la paix avec sa foi et ses croyances, un moment où on cherche la paix intérieure.

  • C'est faire un chemin conscient pendant un moment de vie, se ramener au plus simple, écouter, recevoir, se permettre du temps pour être. […] C'est un chemin qui se fait sous chacun de nos pas... c'est une route qui part de notre tête et va vers notre cœur... c'est marcher, marcher jusqu'au bout de soi-même. […] On dit qu'on fait un pèlerinage, mais, en réalité, je pense qu'on "est" un pèlerinage davantage qu'on le fait.

  • Une marche autant au dehors qu'au dedans de soi, une expérience de nature, une rencontre avec son être et avec Dieu. Être pèlerin, c'est aussi goûter le bonheur maintenant, hors de ses préoccupations et de ses habitudes.

  • Une aventure avec soi-même, une quête de l'autre, une occasion de faire provision des beautés de la vie que l'on cachera dans son cœur pour les ressortir à la moindre occasion. […] Nous sommes seuls avec la nature, loin de la ville, tout en partageant et en étant entourés. […] C'est une expérience qui nous rapproche de notre corps, nous invite à dépasser nos limites et qui, surtout, nous permet de couper avec le quotidien pour réfléchir et faire le point sur notre vie.

  • C'est une grosse symbolique de la vie. C'est comme la route de la vie, où nous sommes invités à cheminer dans notre cœur, portés à la rencontre de soi-même, de Dieu et des autres. […] Un pèlerinage, c'est un bon résumé de notre vie chrétienne. On part dans la joie. Puis on découvre la souffrance. On vit la Passion et, lorsqu'on arrive, c'est la Résurrection. À l'arrivée, c'est un homme nouveau, une femme nouvelle qui se présente aux autres.



France-Mélanie et Sylvie nous parlent du silence vécu sur la route

  • Quel silence? Le bruit du vent dans les arbres ou dans les champs? Celui des pas des pèlerins (ou de leurs bâtons) qui approchent? Celui des éclats de rire portés par le vent? Celui de l'eau que l'on verse dans une gourde? Les plus beaux silences sont ceux que l'on a l'occasion d'entendre.

  • Des moments calmes, paisibles, relaxants. Le silence est comme le vide, l'absence de stress quotidien, une pause dans le temps... Il laisse place à l'affrontement entre ce que je suis et ce que je laisse se refléter. […] Le silence m'a permis d'ouvrir mon cœur pour ensuite mieux entendre ce que j'avais à me dire.



Témoignages

  • Au départ, je désirais fuir la vie que je menais. En plus de fuir, j'ai découvert une mine d'or en moi, très productive. C'est un peu l'inconnu que j'ai rencontré au tournant de la route. […] En voulant participer à cette marche, j'ai vraiment trouvé un chemin en moi. J'ai écrit des pensées venues d'un coin très profond en moi. Ces pensées me guideront cette année quand les difficultés de l'année passée reviendront. Il est en quelque sorte mon guide de vie. […] J'ai réalisé à quel point il est important d'apprécier chaque moment. À quel point s'arrêter peut être grandement bénéfique et que la nature aide beaucoup. (Martine)

  • Je crois que je me suis "impressionnée" moi-même... je n'étais pas vraiment certaine au départ de cette folie de marcher autant de kilomètres... pas certaine de pouvoir y arriver non plus. J'avais un trac fou. Je me suis rappelé que c'est souvent dans des projets semblables que je m'embarque ou que je me fais embarquer! Je ne pense pas que ce soit de l'inconscience, je pense que je le fais parce que c'est une façon de me dépasser... une façon de dire "oui" encore plus à la vie qui crie en moi. J'ai même la prétention de croire que le Seigneur n'est pas loin avec son Esprit Saint dans ces cas-là. C'est un clin d'œil de sa part, l'invitation à marcher... Marcher pour qui? Pour Lui. Marcher pour quoi? Pour Lui. Marcher ensemble, c'est l'essentiel, je crois. "Viens suis-moi, viens et tu verras". Ce pèlerinage m'a redonné ce goût de me battre pour la vie, la mienne et celle des autres, mais surtout, je dirais, pour ce qui nous unit, peu importe notre foi : ce grand Amour que Dieu a mis dans le cœur de chacun qui fait que le monde est si beau.

    […] Je suis toujours émerveillée de la jeunesse qui m'entoure et je parle surtout de la jeunesse du cœur et de la tête de tous et de toutes, que de celle des jambes. Cela m'a remplie d'espérance de rencontrer des marcheurs, des releveurs de défi, des rêveurs, des conteuses, des chanteurs, des timides, des émotifs. Du vrai monde dans toute sa splendeur. C'est sûrement une des choses que le Seigneur m'a données, celle de contempler, émerveillée, son mystère au milieu de sa création. Il n'y a pas de plus belle catéchèse de la vie que celle que les autres nous donnent d'eux-mêmes dans la simplicité et l'originalité de chacun. (Annie)