Pèlerinage-Jeunesse Rimouski



Thème édition 2017 :

du 14 au 19 août 2017

"Se retrouver sur un chemin hors du quotidien"

Imprimer

Bienvenue au Bas-Saint-Laurent!

Pèlerinage-Jeunesse Rimouski PLUS+ propose aux 15-35 ans un parcours de 100 kilomètres sur les routes et les sentiers du Bas-Saint-Laurent. Les pèlerins seront ravis de découvrir mille et une beautés, marchant parfois en forêt, parfois sur le bord du fleuve, parfois encore dans les hauteurs des villages, tout près des champs d'orge et de blé. Parcourir ce coin de pays au rythme lent de la marche, quelle belle façon de prendre du recul face à son quotidien!



   Départ : Rivière-Trois-Pistoles


(Source : www.dioceserimouski.com Reproduction interdite)
Rivière-Trois-Pistoles fait partie de la municipalité de Notre-Dame-des-Neiges dans les Basques. Elle est située à 2 kilomètres au nord-ouest de Trois-Pistoles (en voiture), mais à 8 kilomètres, d’église à église, à pied !

À partir de Rivière-Trois-Pistoles, les visiteurs peuvent marcher sur le bord du Fleuve ou dans le Sentier National, jusqu’au pont traversant la rivière du même nom.



   Première escale : Trois-Pistoles

Trois-Pistoles, une communauté désireuse de perpétuer sa culture, côtoyant une nature prodigue de panoramas enchanteurs. Et ce besoin impérieux de partager cet héritage… de rencontrer les autres…
(source : www.info-basques.com/trois-pistoles)

Municipalité de Notre-Dame-des-Neiges
Un chapelet d'îles aux noms souventes fois issus de l'histoire s'étire devant les falaises, les baies et les grèves formant son littoral. La rivière Trois-Pistoles à l'ouest de la municipalité avec ses chutes et son ancien barrage offre des occasions agréables de découvrir une nature généreuse.
(source : www.notredamedesneiges.qc.ca)



   Deuxième escale : Saint-Simon

Municipalité de Saint-Simon de Rimouski
L'érection canonique de Saint-Simon de Rimouski, connu à l'origine sous le nom de Saint-Simon de la Baie du HA! HA!, remonte à 1828 et le régime municipal a été instauré en 1855. Cette localité oriente ses activités dans le domaine agricole et forestier.


Plus de 130 chalets en bordure du fleuve forment à Saint-Simon-sur-mer un centre de villégiature achalandé pendant la belle saison. La municipalité compte 459 résidents permanents. Depuis 1985, on y tient en juin le "20km Phil-Latulippe" devenu maintenant "Course St-Simon/ Les Basques".
(source : www.info-basques.com/st-simon)



   Troisième escale : Saint-Fabien

La municipalité de Saint-Fabien est située en bordure du fleuve Saint-Laurent, au centre de la région bas-laurentienne. Son relief est caractérisé par une zone côtière montagneuse et morcelée, suivie de grandes étendues vallonnées de terres fertiles.


La localité de Saint-Fabien possède de nombreux sites récréatifs de plein-air et de villégiature. Mentionnons le parc du Bic, plusieurs érablières, un mini-putt, un centre d'équitation, des sentiers de motoneige et de ski de fond, des plages et de nombreux points de vue panoramiques.
(source : www.saintfabien.net)

Saint-Fabien-sur-Mer longe le fleuve. Ses plages, où le petit poisson nommé capelan vient y rouler en mai, comptent de nombreuses résidences d'été adossées à des falaises hautes de plus de 200 mètres. Ce lieu offre un panorama unique au pays, une ambiance de calme et de plénitude, où il fait bon se reposer et se promener à pied ou à bicyclette.
(source : www.saintfabien.net)



   Quatrième escale : Le Bic (Rimouski)


(Source : www.dioceserimouski.com Reproduction interdite)

Le Bic est un village à multiples vocations.
La paroisse est née de la terre avec l'exploitation forestière et l'agriculture. Cette dernière occupe encore une place de première importance dans son économie et son développement avec l'élevage du bœuf et du porc, la culture de la pomme de terre et des autres produits maraîchers, sans oublier l'apport de l'industrie agro-alimentaire.

Avec la constitution du Parc National du Bic en 1984, le secteur touristique a connu une expansion considérable, forçant ainsi cette industrie à un développement rapide et gigantesque. Ainsi, si vous décidez de séjourner quelques jours au Bic, vous y trouverez une multitude de services et d'activités pour rendre votre séjour agréable.
(source : www.lebic.net/accueil-village.html)



   Cinquième escale : Sacré-Cœur (Rimouski)

Rimouski
L'agglomération de Rimouski, qui compte plus de 45 000 habitants, est la région la plus peuplée de l'Est du Québec. Construite sur trois niveaux, elle a la forme d'un amphithéâtre. Son économie repose sur de grandes institutions telles le cégep, l'université, l'hôpital et les services gouvernementaux. La ville est aussi un important centre de recherches océanographiques.
(source : Antonio Lechasseur dans :
thecanadianencyclopedia.com)


Notre-Dame-du-Sacré-Cœur
Fondée en 1876, la municipalité est annexée à Rimouski en 1967. Porte d'entrée ouest de la ville, Sacré-Cœur est un quartier résidentiel possédant une variété de charmes naturels : plage dans le secteur du Rocher-Blanc, sentier pédestre Bernard-Voyer, club de golf offrant une vue magnifique sur la ville et le fleuve.



   Arrivée : Pointe-au-Père (Rimouski)

Sainte-Anne-de-la-Pointe-au-Père
S'étendant sur 7 kilomètres le long de la rive Sud du fleuve, Pointe-au-Père a des allures maritimes. De 1859 à 1960, on y trouve une des plus importantes stations d'aide à la navigation au Canada, la station de pilotage du Saint-Laurent, qui comprend quelques bâtiments annexes et le phare de Pointe-au-Père (construit en 1909), deuxième plus haut phare du Canada. Le 29 mai 1914, le paquebot Empress of Ireland coule à 11 km au large de Pointe-au-Père, faisant 1012 victimes. Il s'agit du pire naufrage de l'histoire du Canada.

(source : www.thecanadianencyclopedia.com).

Tout près du phare, le Musée de la mer reconstitue l'histoire de cette tragédie et présente plusieurs artefacts recueillis sur l'épave du paquebot. À partir de l'été 2009, ce même Musée offre aux visiteurs la chance de visiter un sous-marin, l'Onondaga.

Sainte-Anne-de-la-Pointe-au-Père, c'est aussi un lieu de pèlerinage. Dès 1873, Mgr Jean Langevin, constatant la dévotion de la population de marins à sainte Anne, accepte d'y établir un sanctuaire.
(source : www.dioceserimouski.com)